Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bienvenue sur cette chronique de bricolage culinaire.
Vous y trouverez un large choix de plats végétariens (dont les Sweet sweet patatoes) ou non végétariens (comme la tarte de Montbéliard), d'en-cas (les rouleaux de printemps), de desserts (avec la salade de fruit en soupe de sorcière), simples, rapides et économiques.
Vous pourrez également  trouver des idées pratiques pour l'exercice du bricolage culinaire ou pour la simple dégustation.

17 juillet 2012 2 17 /07 /juillet /2012 16:12

Juillet, grande saison des courgettes, ne nous limitons pas à la ratatouille ! Voici une recette exquise qui vous étonnera.

 

Pour faire les boulettes (car vous n'allez quand même pas les acheter hein !), faites tremper une grosse tranche de pain dur dans du lait. Pendant ce temps, mélanger 600g de boeuf haché avec un oignon haché, 2 cuillères à soupe d'huile d'olive, une cuillère à café rase de sel, un peu de poivre, de noix de muscade et du persil haché. Moi j'aime bien rajouter du cumin et une gousse d'ail écrasée également. Presser le pain pour enlever le lait puis malaxer la préparation bien finement. Mouillez vos mains, puis façonner les boulettes.

Faites les revenir à feu vif dans une cocotte avec de l'huile en les dorant sur toutes les faces. Même si au fond, il n'y a pas à proprement parler de face sur une sphère.

 

C'est bon, les boulettes sont dorées ? Baissez le feu et ajoutez de l'eau aux 2/3 de la hauteur des boulettes. Ajoutez les courgettes coupées en grosses rondelles et les pois chiches (une boite 4/4) égouttés et 3 gousses d'ail entières.

 

Couvrez, laissez cuire 30 min à feu doux puis découvrez faire réduire la sauce. Ne mélangez pas trop, sinon vous allez écafler (comme on dit chez nous pour écraser, réduire en purée) les courgettes.

Servir avec du persil ou de la coriandre hachés.

 

Alors, qui n'aimait pas les courgettes ?

 

 

Repost 0
16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 11:13

Pleine saison :  le jardin est généreux même si tout le monde autour de moi se plaint de la météo. C'est le moment rêvé pour faire des légumes farcis et j'ai commencé hier.

 

Pour les courgettes, j'ai fait une pré-cuisson à l'eau bouillante (6 min) après les avoir creusées.

Pour les tomates, les pommes de terre et le poivron, pas de précuisson, et c'était parfait.

 

Par ailleurs, je vais la farce à base de diverses choses, notamment qui resteraient dans le frigo et des herbes disponibles au potager.

L'idéal est d'avoir un reste de viande, et là c'était du boeuf. J'ai ajouté 4 tranches de jambon en plastique du dernier pique-nique annulé à cause de la pluie.

Il faut aussi mettre ail et oignon (ou échalote éventuellement).

Pour le moelleux, du pain de mie trempé dans du lait. J'ai aussi ajouté 3 vachekirit light (achetées par mégarde par Vinz). J'ai mis également la chair des courgettes, mais celles des tomates et pommes de terre sont allées dans un potage.

Le persil ayant été décimé par nos recettes diverses, je me suis rabattue sur le basilic et l'origan.

Sel, poivre bien sûr et un peu de cumin par exemple.

 

Tout ça a été mixé bien fin par le mixeur, puis est allé garnir les légumes. Bien tasser.

Cuire 45 min à 180° avec de l'eau dans le fond du plat.

 

Ne me demandez pas de proportions, tout dépend des restes du frigo ! L'essentiel c'est de bien doser les herbes et les aromates pour que le goût soit bien marqué.

Si vous faites trop de farce par rapport aux légumes disponibles, gardez le reste pour un petit hachis parmentier le lendemain ;)

Repost 0
17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 16:45

L'inspiration vient des divers plats tous prêts que mes collègues amènent pour midi. La moussaka m'a fait envie et voici le mode d'emploi.

Prendre 5 belles aubergines et les peler (moi je préfère pelées...) avec un couteau qui coupe bien. C'est une étape pas super fun.

Couper en grandes tranches dans la longueur et les saupoudrer de sel les uns après les autres. Laisser reposer d'une à 5 heures et rincer. Essuyez dans un torchon propre puis cuire à la poele dans de l'huile d'olive jusqu'à ce qu'elle soit tendre. L'aubergine boit beaucoup l'huile, mais moins quand on a fait cette opération préalable.

Poser dans un plat à four une première couche d'aubergine et couvrir de sauce bolognaise. Remettre une couche d'aubergine, etc et au sommet, de la bolognaise avec des tranches de fromage de brebis (ou de Comté au pire).

Cuire jusqu'à ce que ça a l'air bon à manger, d'ailleurs rien que l'odeur est affolante.

 

Et ne dites pas "ah ben c'est facile avec la bolo !" ou "mais je n'ai pas de bolo!" car la recette est sur mon site, ici, et qu'il faut toujours en avoir d'avance !

La prochaine, c'est le poulet Tikka massala.

Repost 0
28 mai 2006 7 28 /05 /mai /2006 14:47
Ce week-end, Christelle et Didier avaient amené des galettes que nous avons remplies avec diverses choses, crème fraiche, champignons, tomates, échalotes, jambon, Comté, Reblochon, oeuf, beurre (et même parfois tout en même temps - je ne citerai pas de noms).
Tout ça pour dire que les galettes, c'est délicieux, surtout quand c'est des vraies de Bretagne et que ce n'est pas la même chose que les crêpes que l'on fait par chez nous.
Il me vient donc à l'idée de me faire un de ces soirs des galettes et éventuellement d'en congeler quelques unes pour les soirs "sans".

Mélanger 300g de farine de sarrasin (blé noir), 1 oeuf, 1 cuillère (petite) à café de sel breton ;-), 2 cuillères à soupe d'huile (ou de beurre fondu) et de l'eau jusqu'à une consistance fluide (je serais tentée de remplacer l'eau par de la bière, ce qui a l'avantage de mettre de boire l'apéro en faisant à manger, mais je ne sais pas si cette adaptation respecte les normes bretonnes...). Mélanger jusqu'à extinction des grumeaux.
Laisser reposer 2 heures et faire sauter, puis garnir selon imagination ou restes du frigo.
(faire revenir auparavant les champignons et échalotes par exemple...)

En dessert, on peut se laisser tenter par une beurre-sucre voir beurre salé-sucre si le diététicien donne son feu vert.
Repost 0
16 mai 2006 2 16 /05 /mai /2006 11:48
Jeudi midi :
Repas tiré du sac, chacun apporte un truc pour soi ou à partager

Jeudi soir :
Galettes salées (jambon, fromage, champignons), sucrées et crudités

Vendredi midi
Pique-nique ou barbecue (salades/chips/charcuterie)

Vendredi soir:
Poulet au curry/riz safran pour les adultes
Poulet sauté et riz natrure pour les enfants

Samedi midi
Couscous  merguez/ boulettes (on peut aussi les acheter déjà faites ou les faire avec les enfants)
ou pique-nique

Samedi soir :
Pâtes bolognaises, haricots verts ou rouges bolognaises (chili rapide)

Dimanche midi
Croque-monsieur
Ratatouille/blé

Organisation interne :
jeudi soir : poulet/riz (Laurette/Alanis) (V = Emilie/Boum)
vendredi midi: pic-niq/barbec. (Légo/Céline) (V = Marie/Scyb)
vendredi soir: Galettes (Christelle/Ansofie) (V = Laurette/Alanis)
samedi midi: Couscous ou pic/nic (Marie/scyb) (V = Ansofie/Christelle)
samedi soir: pâtes/légumes bolognaises (Emilie/Boum) (V = Céline/légo)
Dimanche midi: croque monsieurs/ratatouille (Ansofie/?) (V = ?)

Je veux bien assister les repas (notamment pour les recettes), apporter les épices et reprendre un 2ème tour le dimanche car il y a du monde présent finalement, avec un plat qui peut rester hors-frigo ou se manger froid en route (en cas de restes). On peut se prendre de la vaisselle jetable pour le dernier jour, pour avoir le temps de faire le nettoyage des gites.
Repost 0
11 mai 2006 4 11 /05 /mai /2006 12:33
Adaptation de la recette d'Audinette

Défaire un chou-fleur en fleurs et cuire dans l'eau bouillante 6 minutes.
Mettre le chou-fleur dans une poêle, un peu de matière grasse, 2 échalotes et 2 gousses d'ail hachées. Ajouter les épices : un peu de gingembre, une cuillère à soupe de curcuma et une de curry.
Ajouter une boîte 2/4 de pulpe de tomates et cuire jusqu'à ce que le chou-fleur soit tendre (ajouter de l'eau en cours de cuisson si nécessaire).

A côté, couper deux filets de poulets en petits morceaux et les passer une cuillère d'huile puis dans un mélange curcuma, curry, sel, poivre. Faire revenir à la poêle durant 10 minutes en faisant dorer sans rajouter de matière grasse.

Au moment de servir, ajouter un yaourt dans le chou-fleur (bien mélanger) et les morceaux de poulet par dessus.

C'est un plat peu calorique, avec très peu de graisse, pas de féculent et qui pourtant est très très bon. Franchement, on ne pense pas manger là un plat "régime".
Repost 0
1 mai 2006 1 01 /05 /mai /2006 09:29
Voici un plat d'hiver, adapté à une activité physique importante du type ski de fond, bucheronnage, déneigeage. Aujourd'hui, 30 avril, nous avons consacré toute la journée au jardinage, notamment la taille des haies, qui en ont pris un sacré coup !
A midi, il faisait 10° seulement, avec un petit vent frais, qui justifiait sans aucun doute le paipet fier.

Plat unique (ne vous cassez pas la tête à trouver une entrée, une salade de cramaillots suffira), il est originaire de la région de Montbéliard, et est très peu adapté aux régimes minceurs.


La photo à elle seule exprime le terme paipet, qui désigne une consistance un peu explosée et sans tenue. "Arrête de faire du paipet avec tes haricots" dit-on à un enfant qui s'amuse à écraser à la fourchette le contenu de son assiette qu'on souhaite le voir manger.
Fier est un adjectif désignant à la perfection le goût caractéristique de la pomme pas mûre volée sur un arbre et dans laquelle on mord à pleines dents : 2 secondes plus tard, une grimace déforme le visage et l'on dit "pouah ! elle est fière !"

C'était le quart d'heure "Les papous dans la tête", mais je vous confirme l'existence de ces termes et la justesse sémiologique de mes explications.
Et maintenant sans plus attendre, la recette :

Pour 6 personnes environ:

Faire cuire un bon kilo de pommes de terre fermes en robe de chambre* (des amandines par exemple). Les sortir de l'eau, les peler et les couper en rondelles. Ensuite, mettre à cuire deux saucisses de Montbéliard au cumin dans un litre d'eau pendant 15 minutes à partir de l'ébullition. Faire également trois oeufs durs.

Pendant que tout ce petit monde cuit, faire blondir un oignon dans 50 grammes de beurre dans une grande casserole (elle devra être capable d'accueillir tous les ingrédients précédents le moment venu). Rajouter deux cuillères à soupe de farine et mélanger pendant une minute. Le moment capital arrive: sortir les saucisses de l'eau et verser l'eau de cuisson des saucisses dans la casserole pour obtenir un roux très clair. La moitié du parfum vient de là. Y ajouter des aromates : une branche de sarriette ou de thym, une feuille de laurier, du poivre, une gousse d'ail et quatre clous de girofle. Laisser cuire un petit moment. Si l'ensemble est liquide, ce n'est pas grave: on va maintenant rajouter les pommes de terre et du sel. Le roux va épaissir en présence des pommes de terre. Laisser mijoter un quart d'heure.

En fin de cuisson, rajouter les saucisses et les oeufs coupés en rondelles et, deuxième moitié du parfum, verser deux cuillères à soupe de vinaigre (du bon!) dans le tout. Le paipet est désormais fier! Mélanger un peu le tout et servir immédiatement dans la casserole, c'est meilleur servi brûlant.

C'est un plat très simple à préparer, surtout quand on doit cuisiner pour beaucoup. Les enfants adorent ça en général. Je n'ai en fait encore rencontré personne qui ne trouve pa ça bon. Ca se réchauffe très bien qui plus est. Servi avec une salade de pissenlits, c'est le plat le plus typique du Pays de Montbéliard.

* On dit "en robe des champs" en général, mais soyons indulgents avec les parlers locaux, très locaux
Repost 0
6 avril 2006 4 06 /04 /avril /2006 00:00
Les cramaillots*, ce sont les pissenlits, et avant avril, avant qu'ils ne montent en fleur, les feuilles se mangent et constituent une excellente salade, au niveau gastronomique et diététique.

Il faut laver les feuilles à plusieurs eau et avec soin, en utilisant du vinaigre blanc. Eviter de ramasser les cramaillots à côté de champs traités ou en clairière (à proximité des renards qui auraient pu faire pipi dessus juste pour vous refiler l'échinococose alvéolaire). L'idéal, c'est dans mon jardin, pas de traitement, pas de renard.

Faire revenir des lardons à la poêle. Quand ils sont croustillants, ajouter 1 cuillère à soupe d'huile, 3 cuillères à soupe de vinaigre. Verser ce mélange tout chaud sur les cramaillots, mélanger et manger de suite.

On peut agréementer la salade avec des oeufs durs en tranche, un oeuf mollet ou un oeuf sur le plat et de croûtons grillés à l'ail.


* C'est en Franche-Comté qu'on appelle les pissenlits "Cramaillots"
Repost 0
1 avril 2006 6 01 /04 /avril /2006 18:30
J'ai mangé au ministère l'autre jour. A la cantine hein, je n'ai pas croisé M. De Robien... Cantine immense, choix énorme, des entrées crudités, des entrées charcutières, des entrées chaudes, plein de plats chauds au choix, et encore pire en dessert. Je vais vous dire, ça nous change de la cantine du château, qui n'a de château que le nom.
Bref, en dessert, je n'ai pas pu résister, non, c'était plus fort que moi, j'ai pris... une tartelette au chocolat. C'était extrémement bon, mais il m'a fallu beaucoup d'effort pour tenter d'oublier les ingrédients. Si c'est trop bon, c'est forcément mauvais non ?
Alors, ensuite, toute la journée (c'est vous dire si ça me préoccupe...), j'ai réfléchi à comment faire pareil, mais en plus équilibré.
Résultat :

Faire une pâte à tarte de mamie (on pourrait aussi faire une pâte minute légère et feuilletée, mais je ne suis pas sûre qu'elle soit adaptée), ou une pâte sablée.
Etaler et mettre dans des moules à tartelette et cuire la pâte à blanc (en la piquant pour éviter qu'elle gonfle) jusqu'à ce qu'elle soit dorée et cuite.
Avant ou après, selon que vous faites une pâte à mamie (qui repose une heure) ou une autre, faîtes une crème chocolat à la manière de Cléa, avec du chocolat le plus noir possible (85%, mais une autre fois, je tenterai 99%). Etaler sur les fonds de pâte cuits et refroidis.
Laisser prendre durant 3 heures, puis saupoudrer de noisettes grillées et concassées avant de servir.
Variante : j'ai essayé la ganache avec 100g de chocolat 70% et 15cl de crème de soja, sel épicé, poivre, c'était excellent, light et mes goûteurs n'ont pas "senti" le soja. Par contre, je vais m'orienter vers une pâte sablée avec poudre d'amandes ou de noisettes...
Repost 0
20 mars 2006 1 20 /03 /mars /2006 00:00
Faire sauter dans un peu de matière grasse (et si j'avais un wok, je n'en mettrais pas ?) deux poireaux émincés. Cuire 5 minutes en remuant régulièrement. Quand ils commencent à être cuits, ajouter une poignée de germes de soja frais* (rincés au préalables).
Parallèlement, faire cuire des filets de poisson (ça peut fonctionner avec du boeuf en lanières à mon avis, n'hésitez pas à tester !) dans une autre poêle, émietter et ajouter aux légumes. Ajouter 2 cuillères à soupe de sauce soja mélangées à 4 cuillères à soupe d'eau. Laisser cuire 2 minutes, saupoudrer de graines de sésame et servir.
Accompagner d'un bol de riz.

* les germes de soja sont vendus en sachets de 500g dans les épiceries asiatiques pour pas grand chose (1,5€ environ). Comme pour les épinards, quand vous les aurez goûtés FRAIS, vous ne les achèterez plus en boite ou surgelés et vous vous demanderez même comment vous avez pu manger aussi mal un jour ;-)
Repost 0